•  
    Dire à mon homme
    Que je l'aime.
    Lire dire tout comme
    Je voudrais qu'il me sème
    Des mots d'amour
    Des mots de vérités
    Dans une de ces phrases sans pointillés.
    Une de celle qui n'expira pas un jour
    Parce que le souffle court
    Et à bout de toujours
    Elle perdra son chant
    Dans les bras du néant.

     
    Lui écrire sur le pense-bête
    Ces petites lettres qui me grignote la tête
    Après s'être gavé de mon coeur.
    Elles y ont pris l'appétit
    La faim d'un amour infini
    Une boulimie de toute heure
    Comme un creux dans l'estomac.
    Cette cavité, c'est un manque d'ébats,
    De folie, de joie et de tendresses
    Qui se tendent dans des caresses,
    Se reprennent dans le manque
    A travers ses claques qu'il nous flanque.

     
    Me lever, face à lui, dans le silence.
    Briser l'inexistence
    De ce qui nous écartèle.
    Devenir celle
    Qui d'un mot, puis deux
    Révèle le doux son désireux
    De la présente ardeur
    Qui me tend ses lueurs.
    Formuler une sentence
    Icelle de la délivrance.
    Lui offrir comme en un baptême
    Tout la valeur d'un « JE T'AIME ».

    votre commentaire
  • Comme une normalité
    L'oreiller caresse mon insomnie encore une fois ressuscitée.
    Un de ces matins je vais me lever Avec l'envie de me gratter mon cerveau mal luné,
    Y trouver dedans une ribambelle
    De gens à la gueule belle
    Que j'aurais tant aimé,
    Qui, eux, ne savent ce que veut dire "Aimer".
     
    Comme une normalité
    Devant le miroir, la tronche mal réveillée,
    Je vais me SAUPOUDRER D'un maquillage qui me donnera de l'EFFET.
    MYSTERIEUSE et tant CONVOITEE
    Je me donnerai, me donnerai
    Mais JAMAIS ne recevrai Ce dont j'ai MERITE.
     
    Comme une normalité
    Je vais sortir dans un nuage de fumée, Mélange de polution, de cigarettes, de mauvaises odeurs pestées.
    Puis, d'un PAS DECIDE, Je me rendrais au BUREAU DES GENS OUBLIES,
    Là où on dépose tout ceux à qui ont a oublié de téléphoner...
    Puis un jour... On viendra me chercher,
    Avec de l'air de rien, comme si DE RIEN N'ETAIT.
     
    Comme une normalité
    Je lâcherai un grand SOURIRE
    Dira MERCI a celui qui saura me GUERIR
    Lui tendrai une de mes MOITIE La lui donnerai pour l'ETERNITE
    Puis empreinte de NORMALITE Je me laisserai aller
    Aller à croire que nos AFFINITES seront d'INFINITES.
     
    Comme une normalité
    Ce jour j'aurais pris quelques années,
    Mon visage sera bien cerné, ma parole se fera moins éloquente.
    Ma frénésie moins existante.
    Une voix se fera soudain entendre.
    Serais-ce pour moi ce qu'elle va tendre ? "Mesdames, Messieurs, VOTRE ATTENTION EST REQUISE ! Le numéro 81026 est attendu à la remise!" "81026" C'est le numéro que je porte depuis l'âge tendre...

    1 commentaire
  • Face à une tournure qui effacerait le silence,
    Mon verbe s'affaisse au précipice de mes lèvres,
    Comme au-dessus du vide... Du vide de ma bouche close.
     
    Avare de propos... Je vous tiens en haleine
    A ne percer l'inaudible regret
    De ne savoir juste articuler quelques convenances.
     
    Cadenacée, enchaînée, grillagée à cette butée,
    De la cyphose de mon éloquence
    Se fait meutrière, se fait assassine cette inhibtion.
     
    Que dirais-je de mes pensées, de mes souhaits ?
    Il n'y a qu'à les arroser, les éternuer !
    Qu'elles s'ouvrent, qu'ils s'exaucent... Qu'ils m'échappent comme des exilés !

    votre commentaire
  • Il faut !
    Que je trouve les mots
    Un peau d'eau
    Pour attirer mon héros, noyer mes défauts.
     
    C'est impératif !
    Mon présent passif
    Doit embrasser un futur explosif
    De mille feux d'artifices.
     
    Je dois !
    Décroiser les doigtss
    Faire de bons choix
    Ne plus rester recroqueviller sous ma croix.
     
    C'est obligatoire !
    De me laisser émouvoir
    De le voir...
    Sans yeux noirs.
     
    Il faut... Absolument !
    Sans perdre de temps
    Croire au prince charmant
    En rencontré un... Dans pas longtemps !

    votre commentaire
  • Il est temps d'être heureux !
    Se dire... La vie se fait à deux.
    Ne plus la regarder avec de grands yeux
    Ne plus n'être qu'envieux !
     
    Il est temps...
    De sourire joyeusement
    D'ouvrir les bras en grands
    D'avoir des gestes pleins d'élans.
     
    D'être heureux...
    Pas un enjeu !
    Un devoir, un droit au mieux
    Avant de se faire vieux !
     
    Il est temps d'être heureux !
    Se regarder joyeux
    S'offrir amoureux
    Ne faire qu'un mais être deux !

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique