• Eternel Horizon

    Regarde là-bas

    L'horizon qui rejoint le firmament.


    On dirait un bateau sans mât


    Qui flotte vers le paradis blanc.




    L'océan coule dans son berceau


    Pour aller à la rencontre des nues.


    Quand il y sera parvenu


    La nuit ne sera plus qu'un vieux radeau


    Bercé par le chant des oiseaux de nuit.


    Quand il aura repéré où s'échouer


    L'aurore ira le repêcher


    E le relâchera ce soir pour qu'à nouveau il s'enfuie.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :